Images aléatoires

Lundi 5 mars 1 05 /03 /Mars 15:18
            Christophe et moi avions réservé une table dans un bateau-restaurant flottant au milieu d’un magnifique lac de la région. Nous avions commandé une baby sitter pour garder notre fils durant toute la soirée. C’était, comme d’habitude, une jeune fille du lycée de la ville. Ce soir-là, Alexia était la seule disponible. Nous n’étions plus sortis depuis longtemps et en vérité Christophe m’avait caché qu’il allait s’agir en fait d’une sorte de petite croisière: sur place nous nous attendions à rencontrer des couples aussi sympathiques que le nôtre car nous avions en nous depuis fort longtemps le désir secret de vivre l’expérience de l’échangisme. Cette petite croisière, organisée par un club de nuit, était pour nous l’occasion à ne pas rater.

            Pour l’occasion, il m’avait offert des dessous affriolants, aussi sexy et osés que ceux vendus dans les sex-shops. La jupe, tout en latex rouge, recouvrait à peine mon intimité. Je veux dire par là qu’elle était vraiment très courte, au ras du sexe, épilé pour l’occasion. Pour une fois, Christophe m’avait conseillé de ne pas porter de culotte. Un petit corsage blanc retenait difficilement mes seins qui pointaient, supportés par un minuscule soutien-gorge. J'allais sûrement affoler les hommes qui me regarderaient. Tous, j’en étais certaine, n’auraient plus qu’une idée en tête : me bourrer ! Sortant de la salle de bain, une fois prête, je me dandinais un peu devant Christophe, ce qui le fit bander très dur.

            J’étais très excitée de l’avoir mis dans cet état. Il commençait à me peloter. Je protestait que la baby-sitter allait arriver d’un instant à l’autre, mais il ne voulait rien entendre : il voulait me baiser tout de suite ! En fait, je voulais avoir sa grosse bite dans ma bouche, mais plus tard, sur la croisière. J’insistais dans mon refus et il se calma un peu. Nous étions à la porte du garage quand une voiture déboucha dans l’allée. La portière s’ouvrit côté chauffeur et quelqu’un vint vers nous. C’était un voisin qui habitait un peu plus bas. Quand il me vit, il restât bouche bée. Il ne m’avait jamais vue vêtue de cette façon. Je ressentis une sorte de gêne, personne ne m’avait déjà vu habillée comme ça. Tout le monde l’appelait Bob. Je lui souriais et lui demandais ce que je pouvais faire pour lui. Il me répondit avec un grand sourire et tout en me regardant qu’il préférait ne pas me dire comment je pourrais lui être utile. Il me complimentait sur ma tenue tout en regrettant que sa femme n’ait pas un look aussi sexy. Je le remerciais du compliment, mais lui expliquais que je devais partir tout de suite. Il resta un moment silencieux, en ne cessant de me dévorer des yeux.

            Je montais dans ma voiture et rougis aussitôt quand je compris que, dans le mouvement, j'avais involontairement offert à Bob une vue imprenable sur mon minou tout lisse. Je fermais la portière et descendis la vitre tandis que Bob s’approchait plus près. Il était debout devant moi, mon visage était à hauteur de sa braguette. Je ne voyais pas son visage mais je savais ce qu’il regardait. Le haut de son pantalon, devant moi, commençait à se gonfler. Mes seins, serrés dans le corsage, débordaient presque du soutien gorge. Mes mamelons étaient durs et visibles. Je sortis la tête au dehors. Il recula un peu. Je lui dis que je devais réellement y aller. Il me salua et se dirigea précipitamment vers son véhicule. J’étais persuadée qu’il allait se masturber en pensant à moi, et cela m'excita beaucoup...

            Alexia arriva à 19h15. Elle siffla en remarquant ma tenue et m’avoua qu’elle me trouvait terriblement excitante. Ce compliment, venant d’une jeune fille de 18 ans, me rendit toute fière en m'excita encore un peu plus. Elle me demanda comment Christophe me trouvait ainsi. Je lui dis alors comment il avait eu envie de me violer un peu plus tôt dans la maison. Elle émit un petit gloussement tout en rougissant. Alexia était une fille très libérée. Nous parlions comme de vieilles amies. Ainsi, elle me faisait facilement des confidences sur ses aventures avec ses petits amis et il n’était pas rare que l'on parle de sexe. Ce soir là, il me semblait que ma tenue lui avait donné certaines idées. Je lui donnais les instructions pour la nuit : la télévision pour notre fils, l’heure à laquelle elle devait le coucher, etc., et je pris le volant.

            Nous roulions depuis un bon moment, mais la circulation en plein week-end était très difficile. A quelques kilomètres du lac, l’intensité de nos phares baissa exagérément, et la batterie nous lâcha, si bien que nous dûmes pousser la voiture sur le bas-côté de la route. Un dépanneur, qui passait au même moment, avertit sa station et voulut bien nous aider. Christophe et lui bricolèrent quelques temps sous le capot et au bout de 10 minutes la voiture redémarra. Déjà nous savions que le bateau ne nous avait pas attendu. Nous avons remercié le mécanicien après l’avoir payé. Avec Christophe nous décidâmes de retourner vers la maison après cet incident.

            Dans le couloir, j'entendis des bruits étranges venir de la chambre. J’entendais les gémissements de plusieurs personnes. Il était certain que ces bruits provenaient de personnes faisant l’amour. Plus curieuse qu’effrayée, je me dirigeais à pas lent vers la porte. Je ne savais pas si je devais continuer où retourner vers la cuisine. J’imaginais déjà Alexia se faisant bourrer par un de ces jeunes garçons qui lui tournaient autour et je l'imaginais en train de pomper une jeune petite bite. Je retournais vers la cuisine où je racontais tout à Christophe. Nous avons alors pensé qu’il serait amusant de nous diriger doucement vers eux pour en savoir plus.

            Une fois prés de la chambre, il nous semblait entendre le petit ami lui dire plein de mots cochons. Nous pouvions l’entendre gémir à travers le mur. La voix qu’on entendait était celle d’une autre fille. Christophe m’adressa un petit sourire et poussa doucement la porte: notre petite baby-sitter regardait tout simplement une de nos cassettes vidéos personnelles. En effet, Christophe, au cours de certaines de nos soirées chaudes, prend sa caméra. Alexia était assise sur le parquet, son short et son slip à côté d’elle. Jambes écartées, elle regardait attentivement la vidéo, une main glissée dans son entrejambe, frottant furieusement son petit minou.

            Sur l’écran, on pouvait voir ma soeur, Gina, comme une vraie chienne, se faire défoncer par Christophe, tandis que le petit ami de celle-ci, un noir, me clouait sur le plancher avec sa grosse bite dans la chatte. Avec Christophe, stupéfaits, debout prés de la porte, on ne savait que faire. Alexia n’allait-elle pas raconter à tout le quartier nos aventures filmées ? Nous avons alors décidé d'entrer dans la chambre. Alexia avait deux doigts dans le minou et elle les portait souvent à sa bouche. Elle ne remarqua pas notre présence, concentrée sur sa masturbation. Christophe commença à me pétrir les seins, excité par le spectacle de l'adolescente. Il avait dégraffé mon corsage et sortait mes seins. Je sentais sa bite toute raide à travers son pantalon.

            Au moment où Christophe sortit sa queue et releva ma jupe, Alexia se retourna, surprise, et dit :
            - Oh, mon Dieu !
            Sans se défaire, Christophe continua à relever ma jupe, me fit écarter les jambes et m'encula aussi sec, sous les yeux effarés de la baby-sitter. Cette dernière restait pétrifiée, n'osant dire un seul mot, les yeux fixés sur notre couple lubrique. Fou d'excitation de me fourrer ainsi devant la jouvencelle émerveillée, Christophe jouit très vite. Au moment où il déchargea dans mon cul, il hurla :
            - Ah, putain ! C'est bon ! Tiens... !
            Puis il se retira. Alexia se mit à parler :
            - Excusez-moi, dit- elle, Je suis désolée... Je ne pensais pas...

            Elle était réellement troublée. Elle s’approcha de moi et se mit à pleurer. Je sentais son jeune corps tout chaud, ses seins ronds et fermes sur ma poitrine. Comme elle m'enlaçait de ses bras, ses doigts rencontrèrent quelques gouttes de sperme restées sur ma jupe. Je lui conseillais de remettre ses vêtements, mais pour toute réponse elle remonta ma jupe et me caressa les fesses. Elle me regarda droit dans les yeux. Je lui dis alors :
            - Tu aimerais que Christophe te bourre, toi aussi ?
            Christophe me regarda avec plein de complicité.
            - T'aimerais ça, dis ? Il te baisera comme sur la vidéo, tu veux ?
            - Je ne sais pas... Je...
            Sans attendre la réponse, je la fis se mettre à quatre pattes, le cul bien dressé. De mes doigts, j'ai fouillé dans sa chatte encore trempée de la branlette et de l'excitation causée par la sodomie dont elle avait été la spectatrice privilégiée, et lui étalais sa mouille partout entre les fesses et à l'orée du petit trou. Christophe bandait déjà, aussi dur que tout à l'heure. Il prit sa bite à pleine main et la dirigea vers la bouche de la baby-sitter. Il me sembla qu’elle l’avalait presque entièrement. Elle le suçait comme une vraie pute. Cette fille avait dû bien regarder nos cassettes !
            Comme elle le réclamait dans sa chatte, Christophe se retira et approcha sa bite de la vulve péparée. Lentement, il la pénétra avec précaution. Alexia gémissait de plaisir et demandait à Christophe de la bourrer plus fort, plus profondément, ce qu’il fit sans se faire prier. Je m'étais reculée pour mieux les observer et je me branlais frénétiquement. Au bout de quelques minutes, elle se tordait dans tous les sens, jouissant comme une malade. Christophe, excité comme jamais, criait qu’il allait arriver.
            - Ahh ! Je vais jouiiir !
            - Nooon ! criait Alexia. Attends ! Je veux tout dans la bouche !
            Elle avait vu ma soeur Gina sur l’écran, pomper et avaler le foutre de Christophe, et elle voulait en faire autant. Elle se dégagea et se retourna, prenant la queue prête à éclater entre ses doigts.
            - Tiens, p'tite pute ! Tu veux mon foutre ? Alors Tiens !!!
            Aussitôt, des jets de sperme lui éclaboussèrent le visage. Elle fermait les yeux et branlait mon mec qui n'arrêtait plus de gicler. Elle frottait la queue sur sa figure, étalant le foutre avec le gland de Christophe, puis le prit dans sa bouche et avala les dernières giclées. Je jouis à mon tour, les doigts poisseux enfoncés dans la chatte, tandis qu'à l’écran de la télévision restée allumée, on me voyait, en gros plan, me faire prendre des deux côtés par mon beau frère et Christophe, pendant que Gina tenait la caméra...

            Christophe a raccompagné Alexia. Il est rentré deux heures plus tard. Il savait que je l'attendais.
            - Ahh ! Je l'ai baisée comme une chienne. Je lui en ai mis plein son p'tit cul ! Tu veux voir ça ?
            Il sortit de sa poche le camescope qu'il avait discrètement emmené avec lui. A l'écran, on voyait Alexia, baissée sur la braguette de Christophe et lui sortir la queue. Il bandait à nouveau...
Par Karine Kokine - Publié dans : Souvenirs
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • : Divers
  • : Alors, petit coquin ou tendre coquine ? Tu es prêt(e) à vivre avec moi de torrides aventures ? Tu ne seras pas déçu(e) ! Ma vie sexuelle est si variée... Alors si tu es prêt(e), entre dans mon univers...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Catégories

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus