Images aléatoires

Mercredi 28 février 3 28 /02 /Fév 15:54
    Un jour, il y a quelques années, Christophe m'avait amenée dans un vaste appartement dont il avait les clés. Il m'avait dit qu'il allait me présenter à un ami très intéressant qui me plairait sans doute beaucoup. L'intérieur était aménagé en atelier d'artiste, avec un toit vitré. Un jeune homme était étendu sur un divan, écoutant une musique que j'ai reconnue : Léonard Cohen... Je sentis une odeur curieuse, agréable d'ailleurs, que j'avais déjà quelquefois respiré, pareille à celle du foin séché, mais plus lourde, comme mêlée d'encens...
    Le jeune homme se leva pour nous accueillir ; il était vêtu d'une robe mauritanienne très ample, teinte à l'indigo et brodée de blanc. Il avait les cheveux bruns, d'étranges yeux gris-vert. Il me regardait avec admiration.
    - Je te présente Grégory, dit Christophe. Et à celui-ci : Voici Karine, elle est belle, n'est-ce pas ?
    Il fit jaillir mes seins hors de la robe, les caressa pour que les pointes jaillissent plus encore. Il ajouta :
    - Je te la prête, si tu veux, elle est d'accord.
    Grégory s'approcha, commença à caresser la peau rose de l'aréole, Christophe défit l'agrafe. Ils me déshabillèrent ensemble, et debout au milieu de la grande pièce, je fermais les yeux de plaisir sous les caresses simultanées de ces quatre mains, de ces deux bouches. Je ne savais plus lequel me mordait la nuque, lequel baisait mon sexe...
    Ils me portèrent sur un lit très bas, très vaste, et j'eus un peu mal quand Christophe s'enfonça dans mes reins. Jamais il ne m'avait enculée si brutalement, mais le plaisir remplaça très vite la douleur. Sa queue me fouillait, ses couilles battaient contre mes fesses, alors que Grégory admirait le spectacle en tenant son sexe bandé d'une main velue, se branlant doucement, lentement.
    Ils recommencèrent à me caresser et je me détendais. Grégory me pénétra à son tour, pénétrant ma chatte trempée d'excitation, alors que le sexe de Christophe emplissait mon anus. Je sentais les deux queues me fouiller, butant parfois l'une contre l'autre à l'intérieur de mon ventre, séparée par une fine cloison de chair...
    Ils me firent longuement l'amour, tous les deux, le plaisir que chacun donnait se fondait en un seul plaisir, notre plaisir,  et je sentis les deux hommes jouir, non seulement d'être en moi, mais aussi de se toucher à travers moi. Je jouis avec eux de sentir leur semence me remplir des deux côtés, et j'étais heureuse de leur donner cet orgasme, cette jouissance, et d'être ainsi doublement pénétrée, doublement offerte...
Par Karine Kokine - Publié dans : Souvenirs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • : Divers
  • : Alors, petit coquin ou tendre coquine ? Tu es prêt(e) à vivre avec moi de torrides aventures ? Tu ne seras pas déçu(e) ! Ma vie sexuelle est si variée... Alors si tu es prêt(e), entre dans mon univers...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Catégories

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus