Images aléatoires

Blog coquin d'une coquine...

Dimanche 25 février 7 25 /02 /Fév 08:53
Vendredi... Soirée calme avant le week-end. Je suis seule, ce soir...
J'en profite pour lire vos commentaire et suivre les liens vers vos sites et blogs...
Que c'est chaud tout ça... Cindy, Angélique,Coquette et Bidouille, Corinne du sud...
Je commence à m'exciter sérieusement... Tiens, il me vient une idée...
D'abord préparer le matériel : appareil photo sur pied, mode vidéo sélectionné, carte mémoire vidée... OK !
Je me déshabille... Je suis déjà trempée... Je prends mon gode préféré... C'est parti !


Par Karine Kokine - Publié dans : Vidéo
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Samedi 24 février 6 24 /02 /Fév 07:43
    Samedi soir, nous étions sept filles à la maison. Après un repas léger préparé par Amandine, nous avons commencé les réjouissances...
    Parmi mous, il y avait une jeune fille, Valérie, qui nous rejoignait pour la première fois. Nous nous sommes mises d'accord pour lui donner le plus de plaisir possible...
    Rapidement, nous nous sommes retrouvées nues, exeptées certaines qui avaient tenu à garder des dessous...
    Valérie, assaillie par la meute, s'est couchée sur la moquette épaisse du salon. Nous nous sommes succédées entre les cuisses pour lui donner du plaisir. Elle gémissait, feulait en se dandinant sur la moquette, se pétrissant les seins des deux mains...
    On lui a sucé les tétons à tour de rôle, Fabienne s'occupait d'un mamelon, moi de l'autre, pendant qu'Isabelle activait sa langue sur sa chatte. Deux autres filles, agenouillées de chaque côté de ses cuisses écartées lui caressaient les fesses. Valérie n'a pas tardé à jouir sous nos coups de langue et nos caresses, alors qu'on lui relevait bien haut les cuisses afin de dégager sa fente...
    Fabienne, qui lui caressait tendrement les fesses, lui posat alors cette question :   
    - Tu t'es déjà fait défoncer la rondelle ?
    - Ma petite amie adore me défoncer avec des godes !
    Du coup, Fabienne est allée en chercher un énorme, un gode double, puis le lui introduisit lentement, poussant l'autre extrémité entre ses propres lèvres déjà bien trempées. Valérie s'est mise à hurler, mais les autres filles, moi la première, l'avons rassurée.
    - Ne t'inquiète pas, ça va rentre sans problème, Karine s'en enfile de bien plus épais...
    Nous lui avons donc bien préparé le trou en nous servant de sa propre cyprine, et l'engodage a commencé. Valérie poussait de petits cris. Une des filles s'occupait à lui branler la chatte afin de faire passer la douleur. Fabienne a réussi à la pénétrer de dix bons centimètres, puis s'est arrêtée et lui a dit :
- On va te laisser un peu comme ça pour que tu t'habitues à la présence de ce machin dans ton petit cul...
    Nous la maintenions immobile tout en l'embrassant, la caressant. Valérie se déchaînait sur son clitoris tandis que je la léchais avidement. Elle mouillait comme une folle ! Les cris se faisaiient moins plaintifs, se transformant en gémissements de plaisir.
-Bon, on peut enfoncer le reste ! dit Fabienne.
    A la fin, il ne restait hors de son cul que les couilles en plastique. Amandine et moi nous nous embrassions mutuellement en admirant les spectacle. Je sentais les doigts de ma cochonne prérée fouillée ma chatte inondée tandis que ne langues s'entremèlent...
    L'engodage de Valérie nous avait toutes excitées à la folie. Tout autour de nous, ça se léchait, ça se suçait, les vibromasseurs marchaient plein pot... C'était follement jouissif d'entendre tous ces gémissements... je ne tardais pas à jouir avec Amandine qui dégoulinait de plaisir. Une autre fille, Chantal, s'est jointe à nous et nous l'avons fait jouir à son tour à l'aide d'un double gode je je m'enfonçais dans la chatte, l'autre extrémité étant enfouis dans la sienne sous le commandement d'Amandine qui nous léchait tour à tour...
    Cette folie sexuelle a duré jusqu'à presque l'aube. Toutes les filles étaient épuisées. Mais Valérie, enlacée dans les bras de Fabienne qui se l'était décidément appropriée, nous a avoué qu'elle ne regrettait pas du tout cette première partie...
Par Karine Kokine - Publié dans : krinxxx
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 février 5 23 /02 /Fév 12:59
Après Isabelle, c'est au tour d'Amandine, une autre de mes copines, de s'exhiber pour vous...
Mais que dire d'Amandine ? Amandine, c'est la douceur à l'état brut. Avec elle, c'est caresses, câlins, amour... Jusqu'à ce qu'elle se déchaîne...
Regardez bien ce visage, ces yeux, ce sourire gourmand... N'est-ce pas le visage d'un ange ?
Non, vous avez raison... ce n'est pas tout-à-fait un ange...
Allez... je vous laisse laisse l'admirer dans l'album que je lui ai consacré, mais messieurs, j'aime autant vous le dire tout de suite : Amandine n'aime QUE les filles...
Par Karine Kokine - Publié dans : Photos
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 21 février 3 21 /02 /Fév 11:02
    Mercredi dernier, je suis allée à la piscine. J'adore l'atmosphère des piscines, leur odeur chlorée, les gens qui montrent leur corps sans s'en rendre compte. Je m'amuse souvent à mater les nanas aux seins moulés, les maillots qui s'insinuent entre leurs lèvres intimes, les bites moulées dans les maillots des mecs... Ce jour là, j'avais envie d'un homme. Le type que j'avais choisi était vraiment trop beau pour que je laisse passer l'affaire : grand, athlétique, taillé en Y, un V avec une jambe dessous... et je ne voyais que cette troisième jambe. Belle bite fière et noueuse, au gland large. Je la voulais !
    J'ai alors nagé près de lui et j'ai fait mine de boire la tasse et de couler. Ca n'a pas manqué : il m'a saisie par la taille et, me maintenant contre lui, m'a ramenée vers le bord. Ses hanches calées dans mon dos, je sentais sa queue contre mon cul et, diabolique, j'entamais des mouvements lascifs afin de lui montrer ce que je désirais. Sans hésiter, il m'embrassa dans le cou, puis insinua la pointe de sa langue au creux de mon oreille. Un flot de frissons parcourut mon échine tandis que je sentais son membre se raidir et gonfler entre mes fesses. Il sortit de l'eau sans complexe et me hissa sur le bord. Il bandait fièrement, et j'étais excitée à l'idée que cette queue magnifique serait à moi dans quelques instants...
    Nous nous sommes dirigés vers les cabines. Sitôt la porte claquée, il me plaque contre le mur. Sa bouche prend possession de la mienne, ses mains s'emparent des mes seins, arrachent mon haut de maillot pour mieux les pétrir. Il me suce maintenant, tout en frottant son sexe raidi contre mes cuisses. Je sens mon jus affluer au bas de mon ventre alors que ma main libère sa tige dure et grosse. Je le branle tandis qu'il s'empare à son tour de mon sexe trempé, enfonçant deux doits tout en titillant le clitoris gonflé. Je jouis immédiatement sous ses caresses expertes...
    Je n'ai plus qu'une envie : prendre ce sexe magnifique dans ma bouche, l'aspirer, l'avaler... Je m'agenouille entre ses jambes alors qu'il s'assied sur le petit banc de la cabine. Je vois enfin cette queue que je n'avais jusque là que sentie : elle est vraiment splendide, à la fois grosse et longue, noueuse, le canal gonflé dessous semblant indiquer le chemin vers le gland luisant au frein très nettement dessiné. Je caresse cette tête d'obus de la pointe de ma langue, l'agace, cours autour du pied, tente d'en pénétrer l'orifice qui semble distendu, prêt à cracher sa lave, descend jusqu'à la base, lèche l'une après l'autre les couilles rondes puis j'avale cette bite de rêve, et la pompe, et je la suce, j'éjacule ma salive par ma bouche tandis que mon sexe se transforme en fontaine sous la caresse de ses doigts agiles. Je jouis une seconde fois. Il jouit enfin à son tour et je bois ses jets bouillant. Ma bouche est remplie de son sperme légèrement salé. Je lèche et je suce sa queue brillante pour ne pas perdre une goutte de ce foutre délicieux...
    Nous nous sommes rhabillés et, ensemble, sommes sortis de la piscine. Il m'a proposé de me ramener, et comme j'étais seule à la maison, je l'ai invité à prendre un verre pour fêter notre rencontre. Il est resté toute la soirée...
Par Karine Kokine - Publié dans : Souvenirs
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 20 février 2 20 /02 /Fév 14:29

J'ai trouvé cette vidéo sur le blog lesbien http://lesboblog.canalblog.com :

deux jolies lesbiennes devant leur webcam

Dîtes-moi comment vous les trouvez... Pour moi, elles sont ADORABLES

Par Karine Kokine - Publié dans : Vidéo
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 19 février 1 19 /02 /Fév 10:11
Dimanche, j'ai montré mon blog à une des mes amies, Isabelle... et elle a halluciné ! Comme elle n'a pas d'ordinateur (eh oui, ça existe encore aujourd'hui), elle a absolument voulu participer. J'ai donc sorti mon appareil photo et je vous livre ici quelques clichés... Vous pourrez retrouver l'intégrale dans mes albums... Dîtes-moi comment vous la trouvez, je lui ferai part de vos commentaires...




Par Karine Kokine - Publié dans : Photos
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Samedi 17 février 6 17 /02 /Fév 19:50
Au boulot, je partage mon bureau avec Sophie, jeune brunette de 25 ans, mignonne comme un cœur, à qui, comme on dit, on donnerait le Bon Dieu sans confession. Elle vit avec un certain Pascal que je n’ai jamais rencontré, mais qu’il me tarde à connaître, tellement Sophie m’en dit du bien. Elle a l’air très heureuse.
    Jeudi soir, je les ai invités, mon compagnon étant en stage à Paris... C’est ce soir-là que j’ai connu Pascal... le fameux Pascal. Il faut reconnaître que c’est un beau gars: grand, cheveux courts, jovial, sympa, semblant bien vivre et aimer bien vivre. Avec Sophie, ils semblaient très amoureux... Ils s’embrassaient souvent, et ne se gênaient pas pour avoir des petits gestes osés malgré ma présence... Cela ne semblait pas du tout les déranger.
    Alors que nous prenions l’apéritif, je dus aller m’occuper à la cuisine... Sophie se proposa de venir m’aider. Devant la table, elle découpait des rondelles de saucisson. Pascal survint et manifesta une attention gourmande sur ce que Sophie était entrain de faire. Et, à mon grand étonnement, il se mit derrière elle et lui caressa gentiment les fesses à travers sa petite robe...
- Pascal, tu exagères!...
Et de rajouter:
- T’inquiète pas, me dit Sophie,... il est nature... moi aussi... et puis ça prouve qu’il tient à moi non ?... Ça ne te dérange pas au moins ?
- Pas du tout!... De mon côté, ma présence ne vous dérange pas ?
- Absolument pas... je dirais même que ...
    Un je ne sais quoi de curieux resta gravé dans mon oreille... Avais-je bien entendu ? Bon... on verra bien...
Ils m’aidèrent à allumer le feu dans la cheminée. Et bientôt régna dans le salon une douce chaleur qui incitait à la tranquillité, au repos... Dehors, aucun bruit, rien... la paix... le calme...
    Après le repas, nous étions vautrés dans des coussins, sur le tapis...devant le foyer. Pascal avait mis de la musique, et s’était littéralement laissé tomber dans un grand pouf, souriant, content de vivre et du repas qu’il venait de faire.
- Sophie! Mon amour! viens à côté de moi, tu veux bien ?
    En riant, elle répondit à la sollicitation et se laissa, elle aussi, tomber sur le pouf, avec lui... En tombant, elle l’embrassa fougueusement en ronronnant, comme s’ils étaient seuls...Sa robe avait dévoilé son petit cul, qu’une main mâle vint de suite caresser... C’était fait simplement, gentiment... mais j’étais un peu gênée... Je trouvais un prétexte... comme pour m’excuser...
- Excusez-moi, je dois aller aux toilettes, annonçais-je en me levant.
    Ils ne répondirent pas et continuèrent à ronronner en flirtant simplement...
    Je sortis de la pièce vers les toilettes au fond du couloir. Cette petite démonstration intime m’avait quelque peu troublée et je m’aperçu que ma culotte était mouillée... Dans les toilettes, je prenais mon temps, car mon petit diable d’ange maléfique me recommandait bien de ne pas revenir trop tôt dans le salon... de les laisser continuer... Mais je ne pouvais pas rester là, enfermée toute la soirée...
    Je sortis des toilettes sans faire de bruit et m’approchais de la porte du salon qui était restée entrouverte... Ils étaient là, toujours sur le pouf... Mais, oh surprise... Pascal avait son pantalon ouvert, dégrafé, son énorme sexe à l’air libre, et Sophie, qui le tenait bien en main, le suçait tout doucement du bout des lèvres, du bout du gland... en s’appliquant. Elle avait une jambe pliée, relevée, et je voyais les doigts de Pascal s’affairer dans le petit slip. Je ne savais que faire... Je me contentais de les regarder...
    Sophie avait les lèvres très mouillées. Pascal, la tête en arrière, ronronnait en riant. Je voyais cet énorme sexe s’enfoncer dans la petite bouche de ma collègue. Ses joues en étaient déformées. Ce spectacle me donnait le vertige. Ma respiration devenait haletante. Je craignais d’être découverte. Mais après tout, j’étais chez moi. C’était fort, très fort, et instinctivement je portais la main sur mon pubis, appuyant fortement comme je le faisais dans mes moments d’intimité solitaire...
    Sophie leva ses yeux vers la porte et m’aperçut... Elle éclata de rire...
- Oh la voyeuse!... t’as pas honte ? Mais entre donc!...Et viens avec nous... ce sera plus sympa.
    En tout cas, elle n’avait pas honte, car, tout en me parlant, elle continuait doucement de masturber Pascal qui me regardait en souriant, visiblement satisfait de la situation... Je me suis avancée dans la pièce, les yeux rivés sur ce sexe tendu... Sophie interrompit sa masturbation.
- Viens... mets-toi là...
    Et elle se poussa...
    Pascal se redressa un peu, pour s’asseoir plus confortablement. Son sexe, bien droit et bien gonflé lui collait au ventre... Oh quand j’y pense! Ce truc qu’il avait! ... Sophie intercepta mon regard... accroché... hypnotisé...
- Il est beau, hein, mon mec! ...Regarde ce truc... Si tu savais comme il me fait jouir...
Et elle se mouilla copieusement les doigts, le prit dans la main, comme pour m’en faire la démonstration... Tout en regardant Pascal, comme pour voir l’effet produit, elle le branla consciencieusement, doucement, mais avec amplitude...
    Sans cesser, elle s’adressa à moi...
- Approche-toi, n’aie pas peur...
Ils échangèrent un regard complice...
-... tu en as envie... viens... viens le sucer... allez... approche...
    Et elle même se réinstalla confortablement tout contre Pascal, la main sur la tige de chair bien mouillée qu’elle m’offrait...
    Je n’hésitais plus longtemps. J’approchais, me mis à genoux à côté de Pascal... mes mains toujours sur mon bas ventre... Pascal posa sa main sur ma nuque, et me caressa les cheveux... Sophie me regardait et attendait... Je regardais ce sexe bien droit... Le gland était violet, comme prêt à exploser... Je me penchais, et doucement posais mes lèvres dessus...
    - Voilà!...C’est bien... tu vois, c’est simple!... Il suffit de commencer à le faire. Après, le reste vient tout seul...
    J’entrouvrit les lèvres, et la tige rentra doucement dans ma bouche... Je le sentis vibrer... Pascal me caressait toujours la nuque, mais sans appuyer; sans me forcer... Sophie s’était aussi rapprochée et léchait la tige de chair, tout contre ma bouche...
      - Ouah! trouva-t-elle le temps de lancer... C’est génial... Tu vas voir...
    Nos lèvres toutes proches courraient le long de ce pieu vivant, vibrant...Et tout naturellement, arrivées au bout, elles se rejoignirent dans un baiser doux, mais d’une douceur... c’était aussi doux que la peau du sexe de Pascal... Sophie m’envahit la bouche de sa langue... j’avais le gland de Pascal contre ma joue. Nos lèvres se mouillaient mutuellement dans ce baiser très humide. Tournant la tête légèrement, c’est Sophie qui, tout en m’embrassant, accueillit entre ses lèvres ce doux sexe...plein de vie...
    Puis ce fut encore à mon tour de me remplir la bouche, puis Sophie...Pascal nous tenait la tête, et grognait de plaisir... C’était purement et simplement délicieux... Mes mains sur mon pubis appuyaient très fort et j’eus un flash, l’impression que mon sexe tressautait, l’onde se répercutant sur les jambes, et le ventre... Un gémissement me trahit.. Je venais simplement de jouir... et c’était délicieux....
- Ouais... vas-y ma puce... lâches toi... vas- y : n’aie pas honte...
Je reprenais mes esprits... Sophie semblait plutôt satisfaite de la situation. Comme je la regardais, la contemplant prodiguer à Pascal cette caresse buccale tant convoitée, elle s’interrompit soudain, se leva, fit sauter sa robe, son soutien gorge et laissa son string tomber à ses pieds...
- Allez.. Maintenant on passe aux choses sérieuses, lança-t-elle en riant...
    Pascal tendit la main, comme pour la prendre, mais elle l’écarta, et d’autorité, l’enjamba, en lui tournant le dos, me faisant face. Elle ajusta le sexe de son compagnon entre ses lèvres brillantes d'humidité... Je ne vis rien de précis... mais le gémissement de plaisir, yeux fermés, qu’elle lança en s’abaissant me fit clairement comprendre qu’elle venait de s’empaler sur ce pieu... avec un plaisir certain... Elle me sourit, apparemment satisfaite de son effet sur moi, me remerciant presque de la regarder. Elle prit appui sur ses bras, derrière elle. Pascal bougeait, faisait coulisser sa tige dans l’intimité plus du tout intime de Sophie...
    Ses cuisses largement ouvertes m’offraient le spectacle de sa chatte investie par un sexe impressionnant qui y disparaissait presque en entier... Sophie remuait le bas ventre, le sexe ressortait puis re-rentrait, sans cesse, régulièrement, au rythme de leur respiration devenue très vite haletante... Et pendant qu’elle s’agitait ainsi, elle me regardait, semblant trouver un réel plaisir à se montrer ainsi, en train de prendre son pied... Et moi, je ne pouvais plus résister... Je me suis approchée et j'ai posé mes lèvres sur cette partie de sexe encore visible, titillant en même temps le calice de plaisir de Sophie qui sembla bien apprécier cette nouvelle caresse...
-Oh ...oui... Suce-moi... oh... c’est bon... Oooooh !!!
    Elle devint une furie... me supplia de continuer de la lécher ainsi... Ma langue avait du mal à se fixer, tellement elle bougeait... Ses soupirs devinrent presque des cris... Ma langue passait de son sexe aux testicules de son ami...
    Sophie avait fermé les yeux. Elle semblait se concentrer sur ce qu’elle faisait... Elle s’allongea, de dos, sur Pascal, rendant son exhibition encore plus intense, plus vivante... Sa chatte juteuse était copieusement investie par la queue de Pascal... Leurs visages s’étant rapprochés, ils s’embrassaient, sur le côté.. Et moi, j’étais entre leurs jambes, à les lécher, tout en me masturbant comme une folle... Je profitais de leur petit instant d’intimité pour me lever et quitter rapidement ma culotte... J’en voulais, et je ne savais pas comment ça allait tourner... Je choisis de laisser les choses se faire...
    Me voyant debout, Sophie se redressa, se dégagea de Pascal et se leva à son tour... Elle s’approcha de moi, passa une main derrière ma nuque. Je fermais les yeux... Et avec une douceur extrême, elle me donna un baiser doux... mais doux... C’était trop... Elle releva ma robe, caressa mon entrecuisse inondé de plaisir... j’ouvris une jambe pour faciliter le passage de ses mains, de ses doigts... Entrouvrant les yeux, je vis Pascal qui s’était assis, nous regardait et se masturbait...
    Elle me chuchota tendrement à l’oreille :
- Dis ma belle, tu ne vas pas en rester là ? Allez, viens en profiter...
    Je n’attendais que cela... J’approchais de Pascal, qui m’accueillit en me tendant la main... je l’enjambais... Sophie s’était mise derrière moi, et c’est elle qui ajusta le pieux de chair qui se fraya un passage très humide dans les profondeurs de mon corps en feu... Pascal commença son doux ramonage, ample, profond... Ma tête n’était plus là... Il m’attira sur lui, nous nous sommes allongés et il m’embrassa avec beaucoup de tendresse... J’étais consciente du spectacle que j’offrais à Sophie... derrière moi... qui me caressait l’anus... Mais c’était égal... J’eus un flash... puis un autre... Je perdis la notion du temps, du lieu... Je n’étais devenu que plaisir... et, tout comme Pascal, j’arrivais à un orgasme intense, violent... qui dura longtemps... se reproduisît plusieurs fois, comme un feu d’artifice... Je sentis Pascal vibrer, grogner ... tenter de résister... et tout me lâcher au plus profond de moi-même... Je sentais son sperme gicler au fond de moi, me remplir... Mon vagin, comme tétanisé, vibrait tout seul, involontairement, en de violents spasmes... c’était presque devenu insupportable...
Et je m’écroulais sur lui... à perdre connaissance...
    Notre soirée se poursuivit tard dans la nuit. Nous avons encore joui chacun plusieurs fois, ensemble.
    Voilà... Ce fut une soirée fantastique... et qui se reproduira plusieurs fois, j'espère...
Par Karine Kokine - Publié dans : krinxxx
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 15 février 4 15 /02 /Fév 11:33
J'aime le noir, pas vous ?

Par Karine Kokine - Publié dans : Photos
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Jeudi 15 février 4 15 /02 /Fév 11:17
    A l'époque de ce récit, j'avais 19 ans. Mes parents étaient partis en voyage pour 3 mois et j'avais la maison à moi toute seule. J'étais avec ma meilleure amie Laurie et on parlait d'un gars nommé Frank. Il avait 21 ans, beau comme un cœur, les cheveux noirs, les yeux verts. Il était notre bon ami mais aussi une des personne qui avait le pouvoir de m'exciter en moins de cinq minutes. Laurie insistait pour que l'on parle de lui elle avait ce petit sourire moqueur sur le coin des lèvres comme si elle savait quelque chose que je ne savais pas. Tout à coup on sonna à la porte. J'allai ouvrir et Frank était sur le seuil de la porte. Je l'invitais à entrer. Il ne sembla pas très surpris de voir Laurie.
    -De quoi vous parliez les filles ? nous demanda-t-il le sourire au lèvres
    -Et bien pour être sincère, de toi, lui répondis-je.
    C'est alors que lui et Laurie se levèrent le sourire aux lèvres.
    Frank m'attrapa d'abord les mains et m'empêcha de bouger. Laurie quand à elle alla chercher de la corde et m'attacha. Il m'étendirent sur le lit. Je leur disais de me lâcher mais ils riaient. Frank se mit alors a embrasser Laurie à pleine bouche. Il passa sa main sur ses beaux seins appétissant et Laurie alla doucement caresser sa bite à travers son pantalon. Ensuite elle se retourna vers moi et se mit a m'embrasser de plus belle pendant que Frank retirait mon pantalon. Il retira ensuite mes culotte et enfouit sa langue dans ma chatte. Pendant ce temps Laurie avait fini de me déshabiller et me mordillait doucement les tétons. Elle vint s'asseoir sur mon visage et presque automatiquement je me mit a la manger. C'était bon, sa chatte dégoulinait de plaisir tout comme la mienne.
    Frank se déshabillât et doucement commença en me pénétrer de son énorme pieu.
    -Tu aimes ça salope tu en veux plus hein, me cria-t-il pendant que Laurie m'ordonnait de la lécher plus vite.
    J'eu vite un premier orgasme. Ensuite Laurie alla me manger pendant que je suçai la tendre queue de Frank, elle était grosse et douce et l'idée que je recevrais bientôt son doux sperme au fond de ma gorge m'excitait d'avantage. Laurie me pénétra d'un doigt puis d' un deuxième et d'un troisième. JE ne cessais de mouiller, je pouvaist sentir le liquide couler jusqu'entre mes fesses.
    Frank finit par venir et j'avalai son sperme chaud avec délice. Il me pris dans ses bras tandis que je pompais son dard qui ne tarda pas à reprendre une certaine raideur. Il me retourna alors pour me prendre en levrette. Pendant ce temps Laurie nous caressait tout deux, lui sur les couilles et moi sur les seins. Je sentais sa queue s'enfoncer en moi, j'hurlais de plaisir et lui dit d'aller plus fort. Il me traitait de salope et ça m'excitait. il jouit en même temps que moi et je sentais sa semence gicler au fond de moi. Hmmmm!!!!!! j'étais comblée. Ensuite j'allais caresser Laurie pendant qu'il la pénétrait avec un vibromasseur. Laurie ne tarda pas à jouir à son tour et nous nous effondrâmes sur le sol...
Par Karine Kokine - Publié dans : krinxxx
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 février 3 14 /02 /Fév 08:08
    L'hôtel club oùnous étions en vacances proposait à notre service un hammam avec bains chauds et massages... Ce jour là, l'endroit était désert, et j'étais la seule cliente à me délasser... et j'avais donc la masseuse pour moi toute seule...
      Quand elle eut achevé de me baigner et m'eut séchée dans une grande serviette tiède, la masseuse m'invita à m'étendre sur la table capitonnée. Elle frappa d'abord avec la tranche de la main, à petits coups précipités, puis me pinça les muscles, pesa sur mes mollets et sur mes reins, tira sur les phalanges de mes orteils, me malaxa longuement la nuque et me tapa sur la tête. A demi-assommée, je me sentais malgré tout détendue et contente.
      La masseuse sortit ensuite d'une armoire deux appareils de la taille d'un paquet de cigarettes, qu'elle fixa au revers de chacune de ses mains et qui émirent aussitôt un ronflement de toupie. Ses paumes vibrantes rampèrent lentement à la surface de mon corps nu, s'y enfonçant par tout ce qui offrait une cavité ou un repli, se glissant au creux de mon cou, sous mes aisselles, entre mes seins, entre mes fesses, avec une compétence irrésistible. Puis elles cherchèrent sur la surface intérieure de mes cuisses les points les plus réceptifs. Je tremblais de toute ma chair. Mes jambes se séparèrent et je soulevais légèrement le pubis, m'offrant avec un mouvement discret qui tendait les lèvres de mon sexe comme pour un baiser. L'une des paumes se plaqua contre ma vulve tandis que l'autre s'éloigna et remonta vers mon buste, allant et venant avec métier.
      Lorsque je commençais à geindre de plaisir, d'une voix à peine audible, elle grimpa jusqu'à mes seins, tourna sur eux, effleurant leur sommet, appuyant sur les pointes. Les ondes me traversaient jusqu'aux reins, me menant enfin à l'orgasme. Je jouis en me cambrant, criant plaintivement de bonheur. Les spasmes contractaient mon vagin à me faire presque mal. Les mains continuèrent leur office jusqu'à ce que l'orgasme décrût. Alors la masseuse se penchât sur ma bouche et m'embrassa tendrement. Sa langue tournoyant autour de la mienne finit de m'apaiser complètement. Je n'avais même pas honte d'avoir ainsi joui aussi violemment...
Par Karine Kokine - Publié dans : Souvenirs
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

  • : Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • Les coquineries de Karine, bisexuelle
  • : Divers
  • : Alors, petit coquin ou tendre coquine ? Tu es prêt(e) à vivre avec moi de torrides aventures ? Tu ne seras pas déçu(e) ! Ma vie sexuelle est si variée... Alors si tu es prêt(e), entre dans mon univers...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Catégories

Calendrier

Août 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus